Médiathèque & Digital Asset Management (DAM)

Cet article relate la création d’une médiathèque photo/vidéo, orientée Digital Asset Management (DAM) pour un grand compte privé, en vue des événements médias liés à l’anniversaire de la société.

Au sein du portfolio Piperad, vous pourrez trouver beaucoup de création graphique, mais la composante technique est également forte.

Outre les services web, Piperad apporte également des solutions sur la gestion de projets liés à l’image, comme le Digital Asset Management (DAM) ou “Gestion des Actifs Numériques en française. Le projet présenté ici était assez ambitieux, puisqu’il s’agissait de reconstituer une médiathèque numérique contenant plus de 30 ans d’archives, en photo et vidéo.

La problématique sur cette mission était double :

  • créer pour le service communication de l’entreprise une médiathèque regroupant l’ensemble des documents visuels disponibles (plus ou moins 35.000 items comprenant photos et vidéos)
  • Créer une banque de données utilisable et requêtable par tous, y compris les personnes n’ayant pas accès au logiciel de médiathèque

Étude de solutions de médiathèque DAM :

Digikam, référence open-source en Digital Asset Management

La réflexion de base autour de la médiathèque a permis de s’orienter vers la solution open-source Digikam (passé cette année de sa version 7.9 à sa version 2023). A contrario de nombreuses solutions DAM en SAAS (plateformes en ligne) propriétaires et étudiées pendant le développement, Digikam présente des avantages certains :

  • Solution entièrement gratuite (logiciel à télécharger, pas d’extensions, pas d’abonnement, etc.
  • Compatibilité Windows / Mac OS / Linux
  • Type de base de donnée customisable : SQLite sur disque dur, MySQL offline, MySQL sur serveur

entre autres, pour la partie technique seulement.

Phase de pré-configuration de la médiathèque :

En médiathèque orientée DAM, l’interopérabilité est cruciale pour les équipes, et le choix de configuration suivant a donc été fait :

  • Base de données SQLite : pour du personnel non-technique, une base de données sous forme de fichiers et non de serveur type PHP/SLQ permet un traitement facilité de l’information. La base peut être archivée quotidiennement sans trop de complexité et permet des retours arrière en cas d’erreurs de génération (mauvais noms, suppressions involontaires, etc.)
  • Indexation des fichiers : recopie des arborescences photos/vidéo sur SSD externes. Une haute vitesse de lecture/transfert est nécessaire pour pouvoir lire les documents, générer des miniatures de travail, déplacer et regrouper si nécessaire
  • Écriture des méta-données : ici aussi, nécessité d’écriture rapide pour pouvoir traiter de grandes quantités de fichiers.

Digital Asset Management & Reconnaissance faciale :

Modèle de reconnaisance faciale de la médiathèque Digikam

Digikam est également un choix intéressant pour son outil/module de reconnaissance faciale. Celui-ci utilise 2 modèles de Deep Learning aux choix, dont le modèle YOLO v3, toujours en cours d’évolution.

Bien que riche et customisable, ce modèle nécessite une prise en main complexe. L’erreur (les faux positifs de reconnaissance d’objets en tant que visages) est fréquente, et le fine-tuning nécessaire est difficile à appréhender.

Outil de reconnaissance faciale dans la médiathèque d’Adobe Lightroom

Nous avons opté pour l’usage de l’outil Personnes d’Adobe Lightroom, plus intuitif, pour la partie visages. Outres ses fonctions créatives pour les photographes et retoucheurs, la médiathèque Lightroom peut également s’employer comme un outil Digital Asset Management riche.

Dans le DAM concurrent de Digikam, un paramètre permet d’associer les méta-données au fichier et non de les conserver seulement dans la base de données du logiciel.

Ce choix permet d’inscrire les Métas dans un format universel reconnaissable par tous les systèmes d’exploitation (Mac OS, Windows, Linux).

L’avantage est de pouvoir les requêter dans l’Explorateur Windows, le Finder du Mac, etc. sans avoir à chercher le fichier dans la médiathèque, ce qui permet une recherche à la volée, y compris à tous les non-utilisateurs de médiathèque. Une fois taggés dans Lightroom, les noms sont ajoutés aux metadata du fichier, et la base des personnes devient requêtable dans Digikam.

Cet aller-retour supplémentaire entre 2 solutions, s’il n’est pas inévitable, permet tout de même un gain en confort, tellement l’interface “personnes” de Lightroom est claire et efficace en termes de manipulations.

Cette réalisation vous a plu ou inspiré ? Vous souhaitez débuter un projet qui s’en rapproche ?

👇 Parlons-en ci-dessous ! 👇 

Parlons projets !

Partager cette référence

poursuivre …